Pre-election rallies : quelle accessibilité au pays de l’oncle Sam ?

img_0014A quelques jours du scrutin qui devra départager Clinton et Trump, plongée dans la campagne US en Floride, swing state, pour y observer l’accessibilité des political rallies. Au départ, l’hypothèse que cette accessibilité serait forcément extraordinaire au pays de l’ADA (Americans with Disabilities Act). À l’arrivée, un résultat plutôt décevant…

Prenons 4 meetings sur 3 jours : un avec l’ancien président Bill Clinton en guest star à Florida City le 1er novembre 2016, un autre avec la candidate Hillary Clinton le même jour à Fort Landerdale, un troisième avec son concurrent Donald Trump le lendemain à Orlando, et un dernier avec le président Barack Obama le 3 novembre à Jacksonville. Si un dispositif d’accessibilité était bien proposé pour les 3 meetings démocrates, il était totalement absent de celui des Républicains.

 

A Florida City avec Bill Clinton :

 

img_9968

Au Youth Activity Center de Florida City, pas d’accueil ou de file d’attente dédiée, mais un espace avec quelques sièges est prévu pour les participants se déplaçant avec difficulté ou en fauteuil roulant, ou ne pouvant pas rester debout. Sur le même espace, sans signalétique (ce qui implique de se manifester auprès de membres du staff pour le localiser et y être admis), une interprète ASL (American Sign Langage) est positionnée au bas de l’estrade. Sans podium ni autre outil de visibilité, l’interprète doit défendre son espace vite parasité par les passages intempestifs des participants qui veulent prendre des photos. Pas de captation vidéo avec reprise sur grand écran. Pas de sous-titrage simultané, ni de boucle magnétique.

A Fort Landerdale avec Hillary Clinton :

 

img_0044

Au Delevoe Memorial Park, pour ce meeting en extérieur, les participants concernés sont orientés dès leur arrivée vers une file d’attente dédiée « ADA ». Un espace dédié avec plusieurs sièges est également prévu sur le côté gauche de la scène. Après un certain temps d’hésitation et de négociation avec le staff, deux interprètes ASL vont finalement se relayer sur … un escabeau à l’arrière de la scène, pour tenter d’être visibles des sourds installés dans l’espace ADA mais aussi de ceux qui sont dans la foule. Sans sécurisation de l’espace, une interprète doit tenir l’escabeau pendant que sa collègue traduit. Ici non plus, pas de reprise vidéo sur grand écran, ni vélotypie ni boucle magnétique.

A Orlando avec Donald Trump :

 

img_0180

Au central Florida Fairgrounds d’Orlando, aucun dispositif d’accessibilité. Sourires gênés du staff interrogé à l’accueil. Des vétérans en fauteuil roulant sont au milieu de la foule sous une chaleur écrasante. Aucun interprète en vue, ni rien. À moins que le candidat des Républicains tente lui-même de faire son discours en ASL ?

A Jacksonville avec le président Barack Obama :

 

img_0370

A l’Arena de la North Florida University, nous retrouvons le dispositif d’accueil avec signalétique et orientation directe vers la file d’attente « ADA ». Un espace dédié est prévu dans les gradins, en hauteur. Sécurité et « confort » pour les personnes en fauteuil roulant ou ne pouvant pas rester debout (plus de deux heures de retard…) mais éloignement du centre de l’aréna et du pupitre présidentiel. Même chose pour les sourds, dont les sièges réservés sont encore plus éloignés dans la tribune. Ici, 2 interprètes se relaient dans un contre-jour total assez étonnant… Alors qu’un cube d’écrans géants est suspendu au plafond, pas de reprise vidéo du discours présidentiel, ni de sous-titrage.

Notons également que sur le site de la candidate Clinton, les événements concernés sont affichés comme « ADA-accessible ». La FAQ du site précise quel dispositif d’accessibilité est prévu et indique quels sont les meetings qui sont interprétés :

 » Are all HFA events ADA accessible?

Yes, all HFA events are ADA accessible and have ADA seating, which is available on a first-come, first-serve basis. Once you arrive at an event, please inquire with any HFA volunteers to be directed to ADA accessibility and seating.

I am hearing-impaired. Will there be an American Sign Language interpreter?

Yes. There is an ASL-interpreter for any event with Secretary Clinton, President Clinton, Chelsea Clinton, Senator Kaine, or Ms. Holton. Please inquire on-site for the ADA/ASL access area. »

Le mail reçu après l’inscription en ligne confirme ces informations : « American Sign Language interpreters will be provided for Hillary Clinton’s remarks. Accessible seating is available on a first come first serve basis for this standing room event. ADA placard/plate parking can be found on … Blvd. » Pour les places assises, premiers arrivés, premiers servis, nous sommes prévenus !

Sans tirer de conclusion hâtive sur la base de ces 4 seuls meetings, le dispositif d’accessibilité, quand il y a, semble limité au strict minimum. Assez loin de ce que nous pouvions en espérer. Reste maintenant à examiner l’accessibilité des autres volets du processus électoral : les contenus en ligne, les interventions dans les médias, le scrutin lui-même.

Jérémie Boroy

 

Laisser un commentaire