Jérémie Boroy, portrait pour l'article "la nouvelle voix de SFR" de Touleco
J

Jérémie Boroy, la nouvelle voix de SFR

19081600Chargé, au nom de l’opérateur, de peser sur la question de l’aménagement numérique des collectivités, Jérémie Boroy a beau être sourd, il manie judicieusement la langue essentielle à sa mission.

Jérémie Boroy, 33 ans, est arrivé à Toulouse le 1er juillet dernier. Propulsé au rang de directeur des relations régionales pour SFR Collectivités, une nouvelle entité, il doit faire de l’opérateur un interlocuteur incontournable de la réflexion concernant l’aménagement numérique.

Le jeune homme connaît là son premier poste de direction. Mais il n’a rien d’un novice. Le lobbying, il connaît, le monde institutionnel aussi. Diplômé de Sciences Po Paris en 2002, il collaborait déjà avec une revue politique et était depuis 1997 attaché parlementaire d’Hélène Mignon, députée de la Haute-Garonne. Il enchaîne à partir de 2004 avec la présidence de l’Unisda (Union nationale pour l’insertion sociale du déficient auditif) qui fédère nombre d’associations de malentendants. Car Jérémie Boroy est sourd. De naissance. Élevé dans un milieu hyper-stimulant, il s’exprime normalement et lit sur les lèvres, usant longtemps du langage parlé complété (LPC) avant d’apprendre la langue des signes pour l’utiliser auprès des membres de l’Unisda.

Une accessibilité qui n’a rien de symbolique.

C’est là qu’il devient un pro du lobbying, en oeuvrant pour la représentation des sourds auprès des pouvoirs publics afin de favoriser leur autonomie et renforcer leur citoyenneté. Sous son impulsion, l’Unisda a été impliquée dans l’élaboration de la loi de février 2005 sur le handicap, et contribue au plan gouvernemental 2010-2012 en faveur des personnes sourdes et malentendantes.

C’est dans le cadre de cette activité qu’il rencontre les dirigeants de SFR et intègre les rangs de l’opérateur en 2008. Il est alors chargé du programme diversité et égalité des chances.

Il réfute cependant l’idée d’être un symbole de l’accessibilité des handicapés aux entreprises : « Je contribue plutôt à une politique toute naturelle pour SFR qui est une entreprise jeune et pour qui la question de toutes les diversités était une évidence, SFR voulant ressembler à ses clients. » Quand on vous dit  que c’est un expert.

Nathalie Malaterre, Touléco

 

CategoriesNon classé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *