A propos

Photo argentique de Jérémie Boroy dans bac de développementAgé de 41 ans, Jérémie Boroy pilote Les ateliers de l’accessibilité® et ses deux services : Aditevent®, qui accompagne les organisateurs d’évènements afin de rendre leurs manifestations accessibles à tous, et Aditcom®, agence qui conçoit des supports de communication accessibles à tous les publics.

Jérémie est délégué général de l’Association Aditus qui a pour mission d’élaborer de nouveaux modèles d’accessibilité avec l’ensemble des parties prenantes. Il est membre de l’observatoire de la diversité du CSA (Conseil Supérieur de l’Audiovisuel) et préside par ailleurs l’association Avantic qui gère l’Espace Public Numérique Helen Keller du 3ème arrondissement de Paris.

Titulaire d’une Licence de communication publique et politique, et diplômé de l’Institut d’Études Politiques de Paris (2002), Jérémie Boroy a été assistant parlementaire à l’Assemblée nationale de 1999 à 2007 (auprès de Jean-Louis Fousseret, député du Doubs, de Michel Étievant, député de Côte d’Or, puis d’Hélène Mignon, députée de Haute-Garonne et vice-présidente de l’Assemblée nationale). Il suivait auparavant l’actualité parlementaire pour l’Hebdo des socialistes.

Enseignant auprès de jeunes sourds, chargé du développement d’un service de transcription écrite simultanée, chargé de mission dans une association de personnes handicapées moteurs, Jérémie Boroy rejoint ensuite SFR en 2008. Il y coordonne sa politique de non-discrimination et d’égalité des chances, politique récompensée par l’obtention du label diversité, avant d’être nommé en 2010 directeur des relations régionales de l’opérateur dans le sud-ouest.

En 2011, il lance Aditevent®, première entreprise dédiée à l’accessibilité des événements, et met en œuvre son dispositif dans le cadre d’évènements d’entreprise et de meetings lors de la campagne pour l’élection présidentielle de 2012. Avec son projet Aditevent, Jérémie devient lauréat du concours SFR jeunes talents dans la catégorie entrepreneuriat social. En parallèle, il pilote la politique handicap de Sciences Po Paris.

En mars 2013, Jérémie Boroy intègre le cabinet de Marie-Arlette Carlotti, ministre déléguée aux Personnes handicapées et à la Lutte contre l’exclusion, en tant que conseiller chargé de l’accessibilité et de la jeunesse. Jusqu’en septembre 2014, il poursuit cette mission auprès de Ségolène Neuville, secrétaire d’État chargée des Personnes handicapées. Il contribue à la préparation et au suivi du comité interministériel du handicap du 25 septembre 2013, ainsi qu’à la réforme de l’accessibilité qui mettra en place les Agendas d’Accessibilité Programmée (Ad’AP) tout en permettant une meilleure prise en compte de toutes les formes de handicap. À ce poste privilégié pour appréhender l’accessibilité dans sa globalité, il pilote plusieurs chantiers dont celui de la charte pour la formation et l’insertion professionnelle des personnes handicapées dans l’audiovisuel.

En 2015, Jérémie Boroy s’associe avec Axel Cavaleri pour fonder la SAS Les ateliers de l’accessibilité®. Ensemble, ils relancent Aditevent® et créent l’agence Aditcom®. En 2016, ils deviennent lauréats du réseau Entreprendre de Paris.

Témoin privilégié de l’élaboration et de la mise en œuvre des textes législatifs et réglementaires relatifs au handicap et à l’accessibilité, Jérémie Boroy intervient régulièrement dans le cadre de formation d’enseignement supérieur. Il enseigne, entre autres, l’accessibilité événementielle aux étudiants de l’European Communication School de Paris.

Impliqué très tôt dans la vie associative des personnes sourdes, Jérémie Boroy a participé à l’administration de plusieurs associations nationales dont l’Association pour la promotion du Langage Parlé Complété, le Mouvement des Sourds de France, la Fédération Nationale des Sourds de France. De 2004 à 2010, il préside l’Unisda qui fédère les principales associations nationales de personnes sourdes ou malentendantes pour les représenter auprès des pouvoirs publics. À ce titre, il siège dans plusieurs instances, dont le Conseil National Consultatif des Personnes Handicapées (dont il sera le vice-président pendant deux ans), le conseil d’administration de l’AGEFIPH, le comité national du FIPHFP, le conseil de la Caisse Nationale de Solidarité pour l’Autonomie. En 2011, il co-fonde l’association Aditus, dont il devient le délégué général, et pilote l’élaboration du premier mode d’emploi de l’accessibilité événementielle, outil largement repris depuis par les professionnels du secteur. En 2012, il préside l’association lilloise Signes de sens, après s’être engagé au sein de l’association Habéo.

Très vite concerné par ce qui touche de près ou de loin à l’accessibilité et à la conception universelle, Jérémie Boroy s’est particulièrement mobilisé pour l’accessibilité des programmes télévisés, désormais prise en compte par la loi du 11 février 2005. En 2006, il découvre aux États-Unis les centres relais téléphoniques qui permettent l’accès des personnes sourdes ou malentendantes au téléphone. Il a fait depuis de l’accessibilité téléphonique un de ses principaux chevaux de bataille avec l’Unisda puis l’association Aditus pour que la France s’engage dans la même voie, voie finalement retenue par la loi pour une République numérique adoptée en 2016.

Attaché au développement de l’accessibilité des campagnes électorales, Jérémie est également militant dans une formation politique. Il s’est frotté au suffrage universel à 18 ans aux élections municipales de 1995 à Caen, puis à 24 ans, aux élections cantonales de 2001 dans le canton de Villers-Bocage (14).